La première librairie coopérative de Bruxelles !
Commandez en ligne 24h/24, 7jours/7 !

Click and collect (commande en ligne et livraison gratuite en magasin)
Livraison à domicile à vélo via une coopérative locale dans toute la Région Bruxelles Capitale !

Chaussée d'Alsemberg, 374
1180 Uccle - BRUXELLES
contact@quartierlibre.coopTel.: +32 23 15 45 27

 

Marie D.

par (Libraire)
27 juillet 2022

Des épisodes au goût d’enfance que l’on déguste comme des bonbons acidulés !

Une bande dessinée loufoque et malicieuse !
Boubou, c’est la star du groupe de copains d’Antonin, un loyal canin prêt à tout pour distraire et rendre service à ses amis. Comme le très malin Fido (si vous vous souvenez d’Inspecteur gadget !), ce petit bouledogue à l’œil vif peut faire des choses extraordinaire, dans un univers débordant d’imagination où le magique et le burlesque enchantent le quotidien.… On voudrait tous un Boubou pour aller à l’école à notre place un lundi matin ! 🐶
Voilà un album tendre et foufou dont des enfants eux-mêmes pourraient avoir écrit le scénario. Très gros coup de cœur, à lire tout seul dès 7 ans ou à se faire lire, dès 5 ans.

par (Libraire)
31 août 2021

Comédie romantique atypique et rafraîchissante !

Bienvenue dans l’univers de Will, ado rêveur mais pantouflard, entouré de ses deux mères louves, de son chien (vraiment) hideux, de son meilleurs ami retraité …

Et puis sur un malentendu, UNE FILLE débarque !

Des personnages inoubliables que l’on voudrait voir faire partie de nos vies, des frasques les plus ridicules aux émotions les plus poignantes...

Un roman TRÈS drôle et positif, une belle histoire d’amitié, d’affirmation de soi et de prise de risques !

Éditions 2024

25,00
par (Libraire)
31 août 2021

Quelle claque !

Une BD au concept original dans un monde imaginaire ultra urbain où la « présence » est un besoin vital, où ne plus exister dans la tête des autres condamne à mourir d’un arrêt du cœur tandis qu’être célèbre rend littéralement immortel.

Nous voilà plongés avec Manel dans une mégalopole tentaculaire et verticale où les noms des individus s’affichent partout, patronymes hybrides et cosmopolites que l’on placarde aux fenêtres, qui clignotent en néons, défilent dans des spots publicitaires, scandés autant que possible… où chacun s'agite pour exister dans la masse.

Être mémorable, être unique. Pas de chance pour la jeune Manel Naher qui découvre un jour qu’elle a non seulement une homonyme mais en plus que celle-ci est en train de devenir célèbre. Une autre Manel, starlette de la chanson qui capte toute la "présence" qui devrait lui revenir.

Notre Manel à nous compte ses proches sur les doigts d’une main et préfère la compagnie des livres à celle des gens. Sa vie pourrait s'éteindre aussi facilement qu'une bougie dans le vent. Quitte à mourir bientôt, ne serait-il pas temps d'explorer le grand vide anonyme, à la frontière de cette ville sans fin ? A moins qu'elle ne change radicalement de mode de vie.

Rythmé, puissant graphiquement et philosophiquement… très réussit !

Christian Bourgois

18,50
par (Libraire)
27 août 2021

Grande Couronne, c’est de l’humour et de la tendresse qui font mal aux entournures, un roman parfois difficile, poisseux, mais aussi percutant, drôle, sensible.

Située dans les années 90 - préparez vous d'ailleurs à y replonger dans un tourbillon de références à des marques et à des personnes que vous pensiez avoir oubliées ! - l’histoire se déroule du point de vue d’une adolescente coincée à quai dans une quelconque ville d’île de France, dont les rêves touchants de médiocrité la poussent à tout faire pour se conformer... y compris à monnayer ses premières expériences sexuelles. Début de la débrouille et d'une forme d'indépendance mais aussi escalade de compromissions.
Celle-ci voudrait se soustraire à sa famille et à la rigidité de son éducation, mais elle s'avère malheureusement bientôt le seul membre à peu près fonctionnel après le départ du père, laissant à la fratrie une mère déglinguée par l'accumulation des désillusions.

Malgré les erreurs qu'elle accumule comme un collier de sucette, notre anti-héroïne n’en reste pas moins follement attachante. Son regard naïf et franc sur le monde la sauvent quelque part de l’avilissement et l'on entre en empathie avec cette gamine paumée, dont l’égarement donne à voir un tableau social caustique et drôle, impertinent et émouvant.

Roman

Éditions Gallmeister

22,40
par (Libraire)
21 août 2021

On ne sait si c’est l’espoir ou son contraire qui prend le plus aux tripes dans ce roman d’anticipation à huis clos.

Dans un futur proche où crise climatique, mutations et maladies représentent un péril bien concret pour les hommes, une communauté hostile et superstitieuse a coupé tous les ponts avec le monde, espérant par là garantir sa survie. Edith et Skalde y demeurent à la marge, tolérées mais surveillées.

Le lecteur entre dans l’intimité de ces deux femmes, mère et fille au lien rompu, au sein de la maison décrépie où elles vivotent, spectre de femme et adolescente amère, grandie trop vite.
Un jour la jeune Skalde découvre au milieu de la forêt une fillette à la chevelure rousse flamboyante. Elle décide de prendre sous son aile cette créature différente, improbable, dont on ne sait comment elle est parvenue jusqu'ici.
Méfiante en premier lieu, Edith sort de sa torpeur au contact de l'enfant. La maison voit alors fleurir un printemps des sentiments auquel se mêle néanmoins les vieilles rancœurs mère-fille. Pendant ce temps le danger se rapproche, l'irruption de la nouveauté excite les fantasmes et la violence de la communauté. Une décision radicale devra être prise.

Un roman à l'atmosphère captivante, sensoriel, qui fouille en nous quelque chose d'archaïque.