La première librairie coopérative de Bruxelles !
Commandez en ligne 24h/24, 7jours/7 !

Click and collect (commande en ligne et livraison gratuite en magasin)
Livraison à domicile à vélo via une coopérative locale dans toute la Région Bruxelles Capitale !

Chaussée d'Alsemberg, 374
1180 Uccle - BRUXELLES
contact@quartierlibre.coopTel.: +32 23 15 45 27

 

 

Lévy oblige
EAN13
9782246735212
ISBN
978-2-246-73521-2
Éditeur
Grasset
Date de publication
Collection
ESSAI
Nombre de pages
140
Dimensions
18,8 x 11,8 cm
Poids
138 g
Langue
français
Code dewey
301
Fiches UNIMARC
S'identifier

Lévy oblige

De

Grasset

Essai

Offres

Autre version disponible

« Ma façon d’être ou de ne pas être juif ne m’a guère préoccupé, et si j’éprouve une vive irritation lorsque les représentants autoproclamés de la communauté juive prétendent s’exprimer en mon nom, cela ne me conduit pas à publier mes propres réflexions sur un sujet plus débattu qu’aucun autre. Mais les temps ont changé. Non pas que la question juive, toujours lancinante, ait gagné une actualité inconnue auparavant, mais le retour en force du conservatisme religieux, la fièvre identitaire associée au repli communautaire ainsi que la persistance de la guerre en Palestine me font craindre d’être embrigadé, au nom de mon nom, dans des causes qui ne sont pas les miennes et, par mon silence, d’attenter à ma liberté. Me voilà Juif. Pas par la religion, ni par les usages. Est-ce par la race ou bien seulement par la grâce de mon nom, transmis intact par mon père ? En tout cas je suis Juif aux yeux des autres, les Juifs et les non-Juifs mais, à mes yeux dont le regard ne m’importe pas moins, moi qui ne pratique aucune religion, ne respecte aucune tradition, ne fais partie d’aucun groupe, d’aucune coterie, d’aucun réseau, dans quel sens suis-je juif ? » A partir de cette interrogation identitaire, Thierry Lévy nous offre un bref essai brillantissime par son esprit de synthèse, son talent pédagogique, son sens de la formule… et hautement polémique sur le fond. Partant de son cas particulier, il retraverse en effet les débats qui ont opposé Hertzl et Bernard Lazare aux lendemains de l’Affaire Dreyfus pour déboucher sur la dénonciation de la victimologie contemporaine, en passant par… la relativisation du caractère spécifique de la Shoah (« Cette irrationalité, les nazis ne l’ont pas inventée : elle était déjà l’œuvre dans la machinerie destructrice usinée par les Etats-Nations »).
S'identifier pour envoyer des commentaires.