La première librairie coopérative de Bruxelles !
Commandez en ligne 24h/24, 7jours/7 !

Click and collect (commande en ligne et livraison gratuite en magasin)
Livraison à domicile à vélo via une coopérative locale dans toute la Région Bruxelles Capitale !

Chaussée d'Alsemberg, 374
1180 Uccle - BRUXELLES
contact@quartierlibre.coopTel.: +32 23 15 45 27

 

EAN13
9791091902854
ISBN
979-10-91902-85-4
Éditeur
Fario
Date de publication
Collection
LES IMPARDONNAB
Nombre de pages
64
Dimensions
15,5 x 11,5 x 0,1 cm
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le Chemin de sable

Fario

Les Impardonnab

À paraître
On se souvient peut-être d’une photo des surréalistes réunis, l’air grave, vers 1930, autour d’une adolescente assise. Sur cette image Gisèle Prassinos, âgée à l’époque de 14 ans (elle mourra nonagénaire) leur lit ses poèmes. Rien de tel pour l’inconnue qui nous occupe aujourd’hui. L’unique recueil anthume de Sabine Sicaud (1913-1928) paraît en 1926, préfacé par madame de Noailles. Il reste à l’auteur deux ans à vivre. Dans son cas, le misérabilisme cher à la nécrophilie littéraire serait insuffisant : elle est morte enfant. C’est là une monstruosité du destin que les amateurs friands de "poètes morts jeunes" eux-mêmes hésiteraient à mettre en avant. Du reste, la toute jeune fille avait d’emblée fait un sort au mot malencontreux d’Ana de Brancovan sur « l’honneur de souffrir ». On ne sait pas bien dire si en la comparant dans ses Mythologies à Minou Drouet, Barthes aura été beaucoup plus heureux.Mais sa précocité exceptionnelle ne devrait pas pour autant interdire de constater que l’esprit de poésie soufflant où il veut, l’enfant prodige aura bénéficié de ses largesses.
Dans cet ensemble choisi, ce Chemin de sable éponyme, où deux crépuscules coïncident à la genèse de l’oeuvre — puisqu’en bouton Sabine écrit la page où il lui faut mourir —, le vertige de la souffrance et du pressentiment de la fin épousent une forme d’acuité de l’intelligence et de la sensibilité qui sont ce don de poésie dont les accents ne trompent pas :
« Vous parler ? Non. Je ne peux pas./Je préfère souffrir comme une plante,/ Comme l'oiseau qui ne dit rien sur le tilleul. » (…) On doit apprendre à souffrir seul.(…) //Que nul ne vienne.//La plante ne dit rien. L'oiseau se tait. Que dire ?/Cette douleur est seule au monde, quoi qu'on veuille./Elle n'est pas celle des autres, c'est la mienne.//Une feuille a son mal qu'ignore l'autre feuille./Et le mal de l'oiseau, l'autre oiseau n'en sait rien »
C’était bien le moins que d’intégrer l’impardonnable adolescente de la villa « Solitude », nom de sa demeure familiale dans le Sud-Ouest, au catalogue en progrès de notre Bibliothèque. Ne serait-ce que pour rafraîchir une mémoire éditoriale encline à l’oubli. Rien d’elle n’avait paru d’assez complet depuis 1958. Oui, il était grand temps.
S'identifier pour envoyer des commentaires.