La première librairie coopérative de Bruxelles !
Commandez en ligne 24h/24, 7jours/7 !

Click and collect (commande en ligne et livraison gratuite en magasin)
Livraison à domicile à vélo via une coopérative locale dans toute la Région Bruxelles Capitale !

Chaussée d'Alsemberg, 374
1180 Uccle - BRUXELLES
contact@quartierlibre.coopTel.: +32 23 15 45 27

 

Les poupées
EAN13
9782234091252
ISBN
978-2-234-09125-2
Éditeur
Stock
Date de publication
Collection
La Bleue
Nombre de pages
250
Dimensions
21,5 x 13,5 x 2,5 cm
Poids
384 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les poupées

De

Stock

La Bleue

Offres

Autre version disponible

1953. Sous le pseudonyme de Ka-Tzetnik 135633, Yehiel Dinur, survivant d’Auschwitz, publie  House of Dolls  qui le rendra mondialement célèbre. Présenté comme le récit de sa sœur Daniella forcée à se prostituer dans un camp de concentration nazie, le livre transcende toute idée de vérité historique pour basculer dans des fictions fantasmatiques nées de sa terrible expérience des camps.
Rome 1968, le réalisateur Luchino Visconti voit une apparition démoniaque surgir dans la pénombre de son appartement. La créature lui inspire  Les Damnés  et l’entraîne jusqu’à son pandémonium.
Los Angeles 1968, le producteur de séries B Bob Cresse prépare le tournage d’un film qui va « révolutionner l’histoire du cinéma », selon lui. Premier long métrage à mettre en scène les sections de la joie nazis,  Love Camp 7  fera du pionnier un paria.
Khartoum 1974, la cinéaste Leni Riefenstahl, qui édifia les canons esthétiques du nazisme à travers ses films de propagande, se lance dans une expédition photographique au sud Soudan, cherchant à capturer « la beauté éternelle » du peuple Nouba et à faire oublier son passé.

D’Israël à Hollywood, de l’Italie à l’Afrique noire s’élaborent ainsi les conditions d’une vague cinématographique sans limites et sans morale : la Nazisploitation. De la série B  Love Camp 7  au film d’auteur grand spectacle  Les Damnés, du « nazi trash » au « nazi chic », deux veines  a priori  opposées exploitent à l’identique une même fascination pour la mort, le mal et la décadence avec le kitch comme seul horizon esthétique.

Au vertige créé par la superposition des récits s’ajoute celui du questionnement de cette exaltation de la pornographie et de l’ultraviolence sous le feu du nazisme. De ces destins entrecroisés, Clovis Goux tire un roman qui sous-tend, avec force et virtuosité, limites de la fiction et dérives de l’art.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...