La première librairie coopérative de Bruxelles !
Commandez en ligne 24h/24, 7jours/7 !

Click and collect (commande en ligne et livraison gratuite en magasin)
Livraison à domicile à vélo via une coopérative locale dans toute la Région Bruxelles Capitale !

Chaussée d'Alsemberg, 374
1180 Uccle - BRUXELLES
contact@quartierlibre.coopTel.: +32 23 15 45 27

 

Histoires diplomatiques, Leçons d'hier pour le monde d'aujourd'hui
EAN13
9782246827382
ISBN
978-2-246-82738-2
Éditeur
Grasset
Date de publication
Collection
Documents Français (1)
Nombre de pages
320
Dimensions
20,5 x 14 x 2 cm
Poids
318 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Histoires diplomatiques

Leçons d'hier pour le monde d'aujourd'hui

De

Grasset

Documents Français

Offres

Autre version disponible

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a bouleversé les Européens qui assistent médusés au retour de la guerre interétatique sur leur continent. En effet,  depuis 1945, les Européens de l’ouest sont sortis de l’Histoire grâce aux Etats-Unis.  Poutine, qui se comporte comme les Etats l’ont fait pendant des siècles, leur prouve qu’ils  doivent aujourd’hui se réhabituer à vivre une tragédie et non un drame bourgeois. Le ‘’moment occidental’’ arrive à son terme, et l’on voit apparaître un monde de grandes puissances qui ont à définir un équilibre fondé sur les rapports de force, similaire à celui que connaissait l’Europe jusqu’en 1914. Or, les Etats appelés à coexister aujourd’hui n’ont ni langage ni tradition ni vision du monde en commun... Tout est donc à réinventer.
Gérard Araud propose ici de nourrir le réarmement intellectuel de l’opinion publique française à partir d’exemples tirés de son histoire pour mettre en lumière toute la gamme des obstacles inhérents aux relations internationales. Il nous livre un véritable manuel de diplomatie avec, à chaque fois, un rappel historique des faits, mais aussi l’explication des choix diplomatiques et leurs conséquences.
Ce livre, audacieux dans sa forme, dresse des parallèles entre histoire et actualité :
La guerre de succession d’Espagne et le conflit israélo-palestinien lui permettent d’interroger la meilleure manière de terminer une guerre.
La paix d’Amiens de 1803 et le Brexit illustrent l’art de conclure des traités.
Le Congrès de Vienne éclaire la distinction entre politique étrangère et diplomatie.
La dépêche d’Ems de 1870 interroge la pression des opinions publiques indignées à l’heure des réseaux sociaux.
L’Entente cordiale évoque l’idée d’équilibre des puissances incarnée aujourd’hui par les Etats-Unis.
La Première Guerre mondiale montre comment les alliances comme l’OTAN peuvent dévier de leurs causes initiales.
Le Traité de Versailles permet de comprendre que la «  question allemande  » est aussi une «  question française  ».
Le désastre de mai 1940 se pose comme matrice de la relation de la France aux Etats-Unis.
L’expédition de Suez de 1956, leçon sur la militarisation d’une politique étrangère, informe l’engagement  de la France au Mali.
Enfin, le refus français l’invasion de l’Irak en 2003 démontre que la stature d’un pays ne se résume pas à son PIB ou sa force de frappe.
Cet essai brillant, manifeste du réalisme en politique étrangère, se dévore comme un livre d’histoire.
S'identifier pour envoyer des commentaires.