La première librairie coopérative de Bruxelles !
Commandez en ligne 24h/24, 7jours/7 !

Click and collect (commande en ligne et livraison gratuite en magasin)
Livraison à domicile à vélo via une coopérative locale dans toute la Région Bruxelles Capitale !

Chaussée d'Alsemberg, 374
1180 Uccle - BRUXELLES
contact@quartierlibre.coopTel.: +32 23 15 45 27

 

 

Les femmes musulmanes ne sont-elles pas des femmes ?
EAN13
9782382570852
Éditeur
Hors d'atteinte
Date de publication
Collection
Faits et idées
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les femmes musulmanes ne sont-elles pas des femmes ?

Hors d'atteinte

Faits et idées

Livre numérique

  • Aide EAN13 : 9782382570852
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    13.99

Autre version disponible

Ce livre est issu de la thèse de doctorat d’Hanane Karimi, intitulée
Assignation à l’altérité radicale et chemins d’émancipation. Étude de l’agency
de femmes musulmanes françaises. Revenant sur sa propre expérience de
chercheuse musulmane « visible » et toutes les tentatives de décrédibilisation
et d’intimidation auxquelles elle a fait face, elle mobilise des concepts tels
que l’altérité radicale, la féminité paradoxale ou encore l’ennemi intérieur
pour montrer les persistances de l’histoire coloniale de la France dans sa
façon d’aborder l’immigration et sa descendance. Elle analyse la construction
d’un discours sur l’impossible assimilation d’une certaine catégorie
d’immigrés et d’enfants d’immigrés, la citoyenneté au rabais qui est accordée
à ces « Français de papier » et la focalisation sur les femmes musulmanes, et
en particulier celles qui portent le foulard, des discours islamophobes. Elle
montre également comment une partie des luttes féministes se détourne de ces
femmes, leur refusant l’accès à l’espace de la cause des femmes et contribuant
à les isoler ; mais aussi comment la résistance s’organise, à différents
niveaux et de différentes façons. Note d’intention de l’autrice Ce livre est
le résultat de la rencontre entre ma formation scientifique et mon expérience
biographique. Si la littérature scientifique en sciences sociales est riche
sur la question du voile et permet de saisir les conséquences du problème que
représente le port du voile par des femmes en Europe, le cadre des
connaissances sur la question recouvre principalement les dimensions
sociologiques et politiques du phénomène. Je sentais qu’il n’avait pas encore
été embrassé dans sa complexité et qu’il manquait un maillon, une dimension
sensible et féministe pour comprendre les politiques de la nouvelle laïcité.
C’est dans un moment d’humiliation que je l’ai compris. En 2017, au cœur du
Sénat, en plein débat public autour de la question « La laïcité garantit-elle
l’égalité hommes-femmes ? », j’ai été huée parce que j’avais osé rétorquer à
des féministes qui plaidaient pour une interdiction du voile encore plus
étendue : « Si je comprends bien, vous souhaitez exclure des femmes sous
couvert d’égalité homme-femmes. N’est-ce pas paradoxal ? Dois-je rappeler que
sous le voile, il y a des femmes ? » Cette question avait provoqué une vague
de huées. Des femmes dans le public criaient « Faites-la taire ! », d’autres
demandaient mon exclusion. Ce sont mes lectures de féministes africaines
américaines qui ont éclairé ce moment. Il suffit de repenser à Sojourner
Truth, qui exhortait son auditoire à voir en elle une femme, au-delà de sa
couleur et de son statut d’esclave, pour voir que les femmes noires ne sont
pas considérées comme des femmes – ce que vient corroborer le titre Ne suis-je
pas une femme ? de bell hooks. Je n’avais jamais lu nulle part une telle
réflexion appliquée aux femmes musulmanes. C’est ce à quoi je me suis attelée
dans Les femmes musulmanes ne sont-elles pas des femmes ? Hanane Karimi est
docteure, maîtresse de conférences en sociologie à la faculté des sciences
sociales de l’université́ de Strasbourg. Ses recherches portent sur le pouvoir
d’agir de femmes musulmanes en France au regard de l’application de la
"nouvelle laïcité". Dans une perspective intersectionnelle, elle analyse les
conséquences, mais aussi les résistances à la disciplinarisation des corps à
travers les trajectoires professionnelle, politique et religieuse de femmes
musulmanes qui portent le foulard.
S'identifier pour envoyer des commentaires.