La première librairie coopérative de Bruxelles !
Commandez en ligne 24h/24, 7jours/7 !

Click and collect (commande en ligne et livraison gratuite en magasin)
Livraison à domicile à vélo via une coopérative locale dans toute la Région Bruxelles Capitale !

Chaussée d'Alsemberg, 374
1180 Uccle - BRUXELLES
contact@quartierlibre.coopTel.: +32 23 15 45 27

 

 

Technoféminisme, Comment le numérique aggrave les inégalités
EAN13
9782246828839
Éditeur
Grasset
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Technoféminisme

Comment le numérique aggrave les inégalités

Grasset

Livre numérique

  • Aide EAN13 : 9782246828839
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

    15.99

Autre version disponible

« Règle 30 : il n’y a pas de filles sur Internet. » Cet adage qui circule sur
certains forums depuis le début des années 2000 illustre l’accueil réservé aux
femmes en ligne. Le monde numérique tisse nos vies à tous et pourtant, il a un
problème avec la diversité : il l'oublie et l'agresse, jusqu’à menacer la
démocratie. En analysant les ressorts de la haine en ligne, en dévoilant le
sexisme et le racisme qui président au fonctionnement de l’industrie et en
proposant une contre-histoire du numérique, ce sont les racines et les effets
concrets de cette marginalisation que décortique méthodiquement
Technoféminisme.
On y observe des communautés masculinistes, auxquels les géants numériques ont
permis de se rassembler sous couvert de promotion de la liberté d’expression.
Leurs adeptes, se proclamant parfois « célibataires involontaires »,
multiplient les actions violentes et font toujours plus de victimes –
harcèlement, divulgation d’informations personnelles et d’images intimes,
jusqu'au meurtre. Leurs idées excluantes les transforment en relais des
extrêmes-droites qui fleurissent un peu partout dans le monde.
On y croise la route de l’auteure du premier programme informatique, aussi,
Ada Lovelace, brillante mathématicienne et fille de Lord Byron. D’Hedy Lamarr,
qui a passé plus de temps à inventer toutes sortes d’objets qu’à jouer devant
les caméras. Ou de Katherine Johnson, dont le talent repoussa les limites
imposées par la ségrégation au sein de la NASA. On y rencontre, encore, des
chercheuses et des activistes à l’œuvre pour faire évoluer nos mondes
numériques à mesure qu’ils s’étendent, des premiers espaces connectés jusqu’au
champ de l’intelligence artificielle.
Dans cet essai-enquête unique en son genre, Mathilde Saliou explique les
dessous d’un monde fait par et pour des hommes : les effets discriminants de
nombre d’algorithmes sur la société, le financement biaisé de la tech par l
’entre-soi masculin du capital-risque, la façon dont le consentement de chacun
est sans cesse forcé par les géants du Net pour tirer profit de nos données...
Interviewant universitaires, ingénieures, activistes, précurseuses, elle
dégage aussi des pistes de résistances à l’architecture discriminatoire du
numérique, des manières de prendre le pouvoir pour dessiner des futurs
technoféministes.
S'identifier pour envoyer des commentaires.