La première librairie coopérative de Bruxelles !
Commandez en ligne 24h/24, 7jours/7 !

Click and collect (commande en ligne et livraison gratuite en magasin)
Livraison à domicile à vélo via une coopérative locale dans toute la Région Bruxelles Capitale !

Chaussée d'Alsemberg, 374
1180 Uccle - BRUXELLES
contact@quartierlibre.coopTel.: +32 23 15 45 27

 

 

Vie, vieillesse et mort d'une femme du peuple
EAN13
9782080421647
Éditeur
Flammarion
Date de publication
Collection
Nouvelle avenir
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Vie, vieillesse et mort d'une femme du peuple

Flammarion

Nouvelle avenir

Livre numérique

  • Aide EAN13 : 9782080421630
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    14.99

  • Aide EAN13 : 9782080421647
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    14.99

Autre version disponible

Il y a quelques années, la mère de Didier Eribon est entrée en maison de
retraite. Après plusieurs mois au cours desquels elle a peu à peu perdu son
autonomie physique et cognitive, Didier Eribon et ses frères ont dû se
résoudre à l’installer, malgré ses réticences, dans un établissement
médicalisé. Mais le choc de l’entrée en maison de retraite fut trop brutal et,
quelques semaines seulement après son arrivée, elle y est décédée. Après la
mort de sa mère, Didier Eribon reprend le travail d’exploration personnelle et
théorique qu’il avait entrepris dans Retour à Reims après la mort de son père.
Il analyse le déclin de sa mère, ce qui l’amène à réfléchir sur la vieillesse
et la maladie, sur nos rapports aux personnes âgées et à la mort, mais aussi
sur l’expérience du vieillissement. Il s’interroge également sur les
conditions de l’accueil des personnes dépendantes. Il montre que si
l’expérience du vieillissement nous est très difficile à penser, c’est parce
qu’il s’agit d’une expérience-limite dans la philosophie occidentale, dont
l’ensemble des concepts semblent se fonder sur une exclusion de la vieillesse.
Eribon reparcourt également la vie de sa mère, et notamment les périodes où
elle était femme de ménage, ouvrière puis retraitée, la saisissant dans toute
sa complexité, de sa participation aux grèves à son racisme obsessionnel. Il
conclut sa démarche en faisant de la vieillesse le point d’appui d’une
réflexion sur la politique : comment pourraient se mobiliser des personnes qui
n’ont plus de mobilité ni de capacité à prendre la parole et donc à dire «
nous » ? Les personnes âgées peuvent-elles parler si personne ne parle pour
elles, pour faire entendre leur voix ?
S'identifier pour envoyer des commentaires.